Coup de gueule contre la justice

À l’occasion de la journée Grille Blanche sur la radio rennaise C-lab, j’ai tenté pour la toute première fois, l’exercice de la chronique. En prenant exemple sur l’Affaire Valérie Bacot, je questionne la place de la justice dans ce qui a poussé cette femme à tuer son mari, son mac, son bourreau. Comment se fait-il que cette femme, victime de viol, d’esclavage sexuel, de violences physiques et psychiques, par son beau-père incestueux devenu son mari, en est-elle arrivée à l’acte ultime du meurtre ? Pourquoi n’a-t-elle pas eu d’autres choix que d’ôter la vie de Daniel Polette, pour sauver la sienne ? Pourquoi la justice ne l’a-t-elle pas protégée durant ces 25 dernières années ? 

Et surtout, comment une justice qui a été absente, tout le long du cauchemar, ose traiter Valérie Bacot de meurtrière et la condamne pour son acte de légitime défense ?

Par Alice Lepage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :